CRÉER UNE VAGUE DE CHANGEMENT  

Chez CooperVision, notre parcours en matière de développement durable est véritablement alimenté par nos collaborateurs. Rencontrez Carol Herring, Global Packaging Material and Technology Manager basée dans nos bureaux de Victor, New York. Carol témoigne sur la manière dont une personne peut avoir un impact décisif dans le cadre de nos activités pour éliminer les déchets et les emballages inutiles, dans le but de réduire notre impact environnemental lorsque cela est possible.1

DÉTECTER L’INTEGRALITÉ DU PLASTIQUE  

Carol est l’une des personnes clés qui ont contribué à donner vie à notre initiative de neutralité plastique. Dans le but de compenser une partie de l’empreinte plastique de CooperVision, il a d’abord fallu déterminer la quantité de plastique que nous émettons dans le monde.1 Et c’est à ce moment-là que Carol, experte en matériaux et emballages, est intervenue. Diplômée en sciences de l’emballage, elle était la personne idéale pour réaliser ce travail.  

Selon Carol, elle n'avait qu'une seule mission à accomplir concernant nos produits finis et nos emballages : « détecter l’intégralité du plastique ». Au regard de notre gamme de produits et de leurs options de conditionnement, la tâche risquait d’être ardue. Donc « nous avons commencé à petite échelle », d’après Carol. En s’attelant d’abord à un seul produit, clariti® 1 day, elle a commencé à identifier tous les endroits où le « plastique se cache », y compris dans tous les différents formats d’emballage, et en a mesuré le poids.  

« L’emballage comporte de nombreux composants. Il y a un blister, un opercule et un carton. Et nous avons des boîtes de différents formats, telles que les boîtes de 30 et les boîtes de 90 », explique Carol. « Une boîte de 30, par exemple, correspond à 30 blisters, tous en plastique. Ils pèsent « tel » poids. » « C’était la partie facile », ajoute-t-elle. À partir de là, elle a commencé à s’attaquer aux calculs plus complexes. « Pour nos boîtes en cartons et étiquettes, les matériaux sont parfois mélangés. Il a fallu un peu plus de recherches pour définir exactement la quantité de plastique présente dans ces composants. Et ensuite, vous avez les colles, les encres d’impression et le revêtement, et cela devient encore plus compliqué. »

En adoptant une approche basée sur l’intégralité de la présence de plastique, « nous avons volontairement été prudents en la matière », déclare Carol. Les gens ne pensent peut-être pas à inclure l’encre, parce qu’elle « ne représente qu’une partie infime du poids ». Mais Carol n’a négligé aucun détail. Elle s’est assurée de prendre en compte toutes les formes de plastique présentes dans nos produits et nos emballages, aussi infimes soient-elles : du système de fermeture, un polypropylène laminé, à la résine résiduelle dans l’emballage, ainsi qu’aux adhésifs, encres et revêtements sur la boîte, car chaque morceau de plastique compte si on veut vraiment se rendre compte de la quantité de plastique que nous émettons dans le monde.  

UN EFFORT COLLABORATIF  

« J’ai commencé à travailler seule sur ce projet et, en six mois, il s’est élargi à d’autres contributeurs », déclare Carol. « Lorsque cela était nécessaire, je travaillais avec nos fournisseurs et nos usines. Il faut par exemple tenir compte de la colle que le fournisseur met sur la boîte en carton, puis de la colle que nous appliquons pendant notre propre processus. » Tout cela devait être mesuré. Au fur et à mesure que le projet grandissait, une équipe d’étudiants de l'enseignement coopératif en emballage a rejoint Carol pour l’aider à calculer et à documenter le poids de tout le plastique présent dans nos produits et nos emballages.  

Mais après avoir déterminé la quantité de plastique dans clariti® 1 day, son travail était loin d’être terminé. Elle a ensuite appliqué les méthodes et les approches pour trouver tout le plastique au sein du portefeuille produits de CooperVision, en élargissant la mesure à d’autres produits et formats d’emballage. Le projet qui a commencé sur le bureau de Carol s’est depuis étendu à une équipe secondaire en charge du sujet développement durable, composée de membres des sites d’emballage et de distribution de CooperVision qui partagent tous une même passion pour le développement durable.  

DONNER VIE À L’INITIATIVE DE NEUTRALITÉ PLASTIQUE  

Grâce à ses efforts, Carol a recueilli suffisamment de données pour obtenir une image complète du plastique présent dans nos produits et nos emballages. Ses calculs ont constitué la base du partenariat de neutralité plastique de CooperVision avec Plastic Bank. CooperVision finance la collecte et le recyclage de plastique dans les océans, dont le poids équivaut à celui du plastique utilisé dans notre gamme de lentilles de contact souples participantes, y compris les lentilles, les blisters et les composants d’emballage, qui sont vendus et distribués dans 27 pays des Amériques, d’Europe et d’Asie-Pacifique.*1 Depuis sa création, notre partenariat avec Plastic Bank a permis d’éviter que l’équivalent de centaines de millions de bouteilles en plastique ne se retrouvent dans les océans.†2 Et les professionnels de la vue et les porteurs, en prescrivant et en portant les lentilles de contact neutres en plastique de CooperVision, peuvent contribuer à nos initiatives en matière de développement durable.  

« Nous avons la chance de collaborer avec Plastic Bank », déclare Carol. Elle est ravie de savoir que son travail a contribué à faire de l’initiative de neutralité plastique une réalité, et qu’il a un impact non seulement sur la planète mais aussi sur les personnes et les communautés où la pollution plastique et les taux de pauvreté atteignent des niveaux historiques.3 « Le travail accompli depuis mon bureau s’inscrit dans un système qui vient en aide à des personnes situées à l’autre bout du monde. Nous savons que les membres de ces communautés ont la possibilité de gagner un salaire. Nous espérons qu’ils pourront améliorer leur vie et celle de leurs familles tout en contribuant à un effort qui aide notre planète. »  

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE EST UN VOYAGE, PAS UNE DESTINATION  

Avec le recul, Carol dit qu’elle n’avait aucune idée de la portée qu’aurait ce projet, non seulement avec le partenariat de CooperVision avec Plastic Bank, mais aussi dans sa propre vie quotidienne. « En menant une réflexion sur la quantité de plastique que CooperVision émet dans le monde, j’ai pensé à d’autres produits que j’utilise en tant que consommatrice. A la maison, je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit que je fasse sans penser au développement durable. » Elle est devenue plus attentive à l’emballage des aliments qu’elle achète, a réfléchi à des moyens de ne pas gaspiller la nourriture, y compris le compostage, et est davantage soucieuse du recyclage à la maison. « Comme je parle de développement durable au quotidien au travail, cela devient de plus en plus important dans tout ce que je fais. Maintenant, je pense à tout ce que je peux faire pour réduire mon empreinte carbone personnelle. »  

Cette prise de conscience a également fait réfléchir Carol au nombre croissant de clients et de porteurs qui sont plus attentifs aux choix d’emballage et à la meilleure façon d’éliminer celui-ci, et à ce que cela implique pour CooperVision en matière de développement durable. « Dans le domaine de l’emballage, la durabilité sera toujours importante en termes de conception et de choix de matériaux », explique Carol. Selon elle, il en va de la responsabilité de CooperVision de trouver des moyens de rendre nos emballages plus durables. « Le plastique est un élément essentiel pour délivrer un produit de qualité, mais comment l’utiliser et le compenser de la meilleure manière possible pour les gens ? »  

Carol et l’équipe secondaire de développement durable explorent des moyens de répondre à cette question et à d’autres questions similaires pour faire progresser le domaine de l’emballage. « D’excellents projets sont en cours sur nos différents sites à travers le monde », explique Carol. « Il n’y a pas de projet trop petit, et collectivement, ces projets ont un impact énorme. » Grâce à Carol et à de nombreuses autres personnes de CooperVision qui ont une passion pour le développement durable, nous sommes en mesure de faire grandir nos initiatives en matière de développement durable en concevant de manière réfléchie nos produits et nos emballages pour utiliser efficacement les ressources tout en commençant à réduire notre empreinte carbone.§|4  

Pour en savoir plus sur notre initiative de neutralité plastique, cliquez ici  .

Un avenir meilleur se prépare dès aujourd’hui et avec chacun d’entre nous.
 

* Le plastique utilisé dans les lentilles de contact souples CooperVision participantes est déterminé par le poids du plastique contenu dans le blister, la lentille et l’emballage secondaire, y compris les laminés, les adhésifs et les autres éléments (par exemple, l’encre). La méthode de calcul n’inclut pas le plastique utilisé pendant le processus de fabrication
pour ces produits et leur emballage.    
† CooperVision, grâce à sa collaboration avec Plastic Bank, a collecté et converti environ 5,3 millions de kg de plastique destiné aux cours d’eau en janvier 2024. En utilisant la métrique de Plastic Bank selon laquelle 1 kg de plastique équivaut à 50 bouteilles standard de 202 mm, cela équivaut à environ 263,7 millions de bouteilles en plastique déviées des océans.  
‡ Fait référence aux processus d’amélioration continue de la fabrication entrepris par CooperVision pour augmenter l’efficacité.  
§ L’empreinte carbone est limitée aux émissions de scope 1 et 2, définies comme suit : Les émissions de scope 1 sont des émissions directes provenant de sources détenues ou contrôlées. Les émissions de scope 2 sont des émissions indirectes provenant de la production d’énergie achetée.  
| Rapport Environnemental, Social et de Gouvernance 2022 de CooperVision.  
 

Références ::
1. Données internes CVI, 2024.  
2. Données internes CVI, janvier 2024.  
3. Plastic Bank. https://plasticbank.com/what-is-plastic-bank-all-about-and-how-can-i-get-involved/. Consulté le 25 janvier 2024.  
4. Données internes CVI, 2023. Le port de lentilles de contact est possible sous réserve de non-contre-indication médicale au port de lentilles et soumis à une prescription médicale. Dispositifs médicaux, CE 0123, consultez les notices et les étiquetages spécifiques à chacun pour plus d’informations. En cas de doute, demandez conseil à votre ophtalmologiste ou votre opticien. COOPERVISION SAS au capital de 71 712€ dont le siège social est situé Immeuble Les 2 Arcs bât B - 1800 Route des Crêtes B.P. 273 - 06905 Sophia Antipolis Cedex, France et immatriculée au RCS de Grasse sous le n°39200221800049. COO-0120-015. Avril 2024.